Méditer pour se transformer, transformer l’entreprise et changer le monde

AMPLIA LOGO

Pratiquer la pleine conscience, c’est cultiver notre capacité d’attention pour être là à chaque moment de notre vie pour agir au mieux, dans notre vie personnelle comme dans le cadre professionnel.

Ce site est dédié à la pratique de pleine conscience (ou mindfulness) en tant que chemin permettant de vivre mieux et de révéler le meilleur de soi-même.

Beryl Marjolin a fondé AMPLIA pour vous proposer des formations en entreprise et des ateliers de pleine conscience / mindfulness à Paris.

Pour prendre contact avec AMPLIA, appelez-nous au 01 84 17 26 36 ou envoyez-nous un email :

Bonne nouvelle : tout est noir ET blanc ! ;-)

Ces expressions vous disent-elles quelque chose ?

  • « Ca va, mais je suis fatigué(e)… »
  • « Il est joli, ton dessin, mon chéri, mais tu vois, les proportions ne sont pas respectées… »
  • « J’ai bien aimé ce film mais n’ai rien compris à la fin… »
  • « Je voudrais suivre cet atelier mais ça m’ennuie de laisser ma famille tout le week-end… »

Nous voyons le monde comme binaire. Il y aurait ce qui est bien et ce qui ne l’est pas… Les bonnes décisions et les mauvaises… le moments où ça va et (tous🙂 ) les autres où ça ne va pas…

En vérité, rien n’est tout noir ou tout blanc… tout est noir ET blanc. Il y a dans le film l’Infinie Puissance du Coeur (réalisé par Drew Heriot et tiré d’un livre de Baptist de Pape) une très belle scène illustrant un conte japonais sur l’enfer et le paradis :

Un Samouraï qui avait vaincu et tué un grand nombre d’adversaires se présenta, tourmenté, devant le Maître Zen Hakuin et lui demanda :
samurai et Hakuin Ekaku
– « Vieil homme ! Dis-moi à quoi ressemblent l’enfer et le paradis ! »
– « Qui es-tu ? » 
Demanda le Maître.
– « Je suis le Samouraï … » 
– « Toi, un guerrier ?! » s’exclama Hakuin.
– « Mais regarde-toi. Quel seigneur voudrait t’avoir à son service ? Tu as l’air d’un mendiant. » 

La colère s’empara du samouraï qui, furieux, dégaina son sabre. Hakuin poursuivit, goguenard :

– « Ah bon, tu as même un sabre ?! » 

Ecumant de rage, le samouraï brandit son arme au-dessus de la tête du sage. Celui-ci fit un geste de la main et dit :
– « Ici s’ouvrent les portes de l’enfer. » the_last_samurai_by_xlxnicoxlx

Impressionné par la tranquille assurance du moine, le samouraï rengaina son sabre et s’inclina devant lui.

– « Ici s’ouvrent les portes du paradis » lui dit alors le Maître.

Ce sont nos pensées qui créent l’enfer et le paradis.

Dans le film, Hakuin est remplacé par une femme sage et l’histoire se poursuit : la femme montre au chevalier une toupie dont une moitié est peinte en noir, et l’autre en blanc. Lui montrant la face blanche, elle lui dit :

– « Ce n’est pas parce que tu ne vois pas le côté noir, (faisant tourner la toupie d’un demi-tour) qu’il n’existe pas… »

Et elle lance la toupie, qui alterne à nos yeux si vite entre le noir et le blanc que tout se mêle et elle devient grise…

Tout est noir ET blanc. Et lorsque nous avons à choisir une attitude, un projet, une réponse à une situation… il n’y a ni bonne ni mauvaise décision. Il y a simplement un choix à faire, au plus juste pour nous, à un instant t.

Pour voir comment résonne cette proposition dans votre vie, je vous invite à une expérience : remplacez le plus souvent possible dans votre expression le mot mais par le mot et.

  • « Ca va et je suis fatigué(e) »
  • « Ton dessin est super, et tu vois, les proportions ne sont pas respectées, tu aurais pu… »
  • « J’ai aimé ce film, et je n’ai rien compris à la fin »
  • « Je voudrais suivre cet atelier et ça m’ennuie de laisser ma famille tout le week-end »

Ca change, n’est-ce-pas ? Tout à coup, le monde n’est plus duel, les choses ne sont plus opposées… elles existent ensemble, dans une continuité plus… sereine.

La pleine conscience, de quoi s’agit-il ? nous permet de faire une pause et de reprendre la main sur nos pensées et nos jugements, le plus souvent possible. De nous donner plus d’espace pour ne plus voir les choses comme opposées, mais comme coexistantes. Et de choisir plus tranquillement notre action dans le monde. La nôtre. Pas celle qui nous serait dictée par telle ou telle autorité, tel ou tel cadre social ou ordre moral.

Quant à L’Infinie Puissance du Coeur… le film n’est à mon goût pas complètement réussi ET je vous le recommande (notamment pour sa seconde moitié)🙂

Si tu veux surfer, regarde la plage. Pas les rochers !

 

C’est l’histoire d’un homme qui veut apprendre à surfer.

C’est sa première fois… il n’a aucune idée.

Il y a des vagues. Et des rochers.

Et le moniteur lui dit « Et bien vas-y… lance-toi. Il y a une seule chose importante. Cruciale. Regarde toujours, toujours la plage. C’est tout ce que tu as besoin de savoir. »

Alors notre homme se lance…

Seulement voilà, il y a les vagues…

Et les rochers…

Donc il a peur. Vraiment peur, même.

Alors que fait-il ?

Il regarde les rochers bien sûr. Et même il ne les quitte pas des yeux, tant il est terrorisé à l’idée de s’écraser dessus, sur cette planche qu’il ne maîtrise pas…

Et que se passe-t-il ?

C’est fou : à chaque tentative, il y va, vers les rochers. A chaque fois. Comme s’il était aimanté par eux !

Cela vous fait sourire ? Peut-être vous dites-vous : « Oui, après tout, c’est logique… » Pourtant, dans la vie, nous passons notre temps à regarder les rochers. 

Quelques exemples somme toute banals :

  • « Je ne supporterais pas que ma femme / mon mari me trompe… »
  • « Le contexte est difficile, pour ma boîte, en ce moment… »
  • « Mon enfant n’est vraiment pas fan de l’école, c’est embêtant tout de même… »
  • « Cette présentation me stresse, j’ai peur de passer pour un imposteur/une gourde… »

En entretenant des pensées comme celles-ci, nous mettons précisément en place des comportements qui favoriserons le dénouement que nous craignons tant. Notre inquiétude :

  • Nous rend maussade et suspicieux, donnant plutôt envie à l’être cher d’aller prendre l’air
  • Nous aveugle et nous prive des idées neuves qui pourraient aider notre boîte
  • Pousse notre cher petit à se méfier de l’école et à n’y prendre aucun plaisir
  • Nous fait danser d’un pied sur l’autre au moment de commencer notre présentation, le souffle court et la voix qui tremble… autant dire que nous ne sommes pas au meilleur de nous-même pour impressionner l’auditoire !

Regardons la plage :

  • Nous sentons que notre relation de couple peine un peu ces temps-ci ? Montrons-nous drôle, gai et désirable. C’est plus efficace qu’un flicage méthodique pour garder près de soi l’être cher !
  • Quelle est notre vision pour cette entreprise ? Comment nous y prendrons-nous pour y aller ? Avec qui, quels moyens ?
  • Montrons à notre enfant que nous avons confiance dans sa capacité à apprécier l’école et à y réussir : alors lui aussi pourra y croire et donner son meilleur
  • Quel est notre message dans cette présentation ? Comment avons-nous envie de le faire passer ? Que voudrions-nous que les auditeurs retiennent ? Comment les y emmener de façon gaie et vivante ?

Entendons-nous : il ne s’agit pas de nier qu’il y a des rochers ! Ce serait déraisonnable et dangereux, évidemment. Mais nous pouvons reconnaître qu’ils sont là, les « garder à l’oeil », et pour autant rester pleinement engagés vers la plage.

La pratique de pleine conscience est une aide inestimable dans ce travail : pleinement conscients des risques encourus et de la peur qu’ils suscitent, nous pouvons choisir de ne pas laisser cette peur envahir tout notre monde, et nous tourner résolument vers nos aspirations.

Evidemment, c’est un travail de tous les instants, parce que si nous n’y prêtons attention, la peur revient en force et nous recommençons à regarder les rochers… Comme l’a dit Gabrielle Roth : « Etre un esprit libre demande une discipline considérable. »

tumblr_m1i9luSBG51rnrsico1_500

 

 

En 2016, méditons pour danser, chanter et inventer notre vie !

Mandala

Dans de nombreuses traditions chamaniques, si vous allez voir un(e) chaman ou bien un homme ou une femme médecine pour vous plaindre d’être découragé, abattu, ou déprimé, on vous posera une de ces quatre questions :


  • Quand avez-vous arrêté de danser ?

  • Quand avez-vous arrêté de chanter ?

  • Quand avez-vous cessé d’être enchanté par les histoires ?

  • Quand avez-vous arrêté de trouver le réconfort dans le doux territoire du silence ?

Car lorsque nous avons arrêté de danser, chanter, être enchanté par les histoires, ou de trouver un réconfort dans le silence, c’est là que nous avons l’expérience de la perte de l’âme.

La danse, le chant, les contes et le silence sont les quatre baumes de guérison universels.

— Gabrielle Roth

La mindfulness nous met à l’écoute de notre intériorité physique, psychique et émotionnelle.

Par cette pratique, nous retrouvons en nous la source du mouvement, de la créativité, de l’émerveillement et de la joie.

En 2016, inspirés et nourris par la méditation, puissions-nous de toute notre âme danser, chanter et inventer notre vie !

Contactez-nous pour en savoir plus au 01 84 17 26 36 ou bien par email :

Cultiver sa capacité de concentration grâce à la méditation

Dans un monde où notre attention est sollicitée constamment et de toutes parts, la mindfulness peut nous aider à cultiver une meilleure concentration.

Comme pratiquer la méditation de pleine conscience consiste à porter son attention sur le moment présent, on pourrait naturellement penser qu’il s’agit de faire un effort de concentration. Que méditer consiste à surtout-surtout faire en sorte que l’esprit ne vagabonde pas et reste bien focalisé sur le souffle, les sensations corporelles, les sons ou tout autre objet d’attention que l’on aura choisi pour s’ancrer dans le présent.

Pas du tout. En réalité, il s’agit de poser son attention sur l’objet choisi* dans une attitude détendue, libre de tout effort… et lorsque l’on constate qu’elle a dérivé (et elle dérivera, l’esprit vagabondant par nature), à la ramener. sans émettre de jugement sur le fait qu’elle a dérivé, mais avec une intention chaque fois renouvelée d’être là, présent à ce qui se passe pour nous à cet instant.

Mais alors… pourquoi cette pratique nous aide-t-elle à rester mieux concentré ? Parce qu’elle nous permet :

  • De nous familiariser avec le fonctionnement de notre esprit (et ses vagabondages incessants… en toute bienveillance🙂
  • De prendre l’habitude d’être à l’écoute de ce qui se passe pour nous à chaque instant
  • Par cette écoute, de prendre conscience des innombrables pensées qui occupent le plus souvent l’esprit, de ne pas nous laisser entraîner par elles, mais de faire la part des choses entre ces pensées et ce qui se déroule à ce moment

A ce sujet, Eckart Tolle cite dans son ouvrage Nouvelle Terre une image très parlante. Ce n’est pas la même chose de dire « Je suis ruiné » et « Il me reste 5,50€ sur mon compte en banque ». « Je suis ruiné », c’est une histoire et une fois que l’on a dit ça… la situation semble plutôt désespérée ! « Il me reste 5,50€ sur mon compte en banque » est un fait. Une fois qu’il est établi… qu’est-ce qu’on fait ? Tout est possible (ou presque🙂 !

Et ainsi, en nous permettant de faire la part des choses entre les faits et l’histoire, pratiquer la mindfulness va « libérer de l’espace-disque », de sorte que nous ne serons plus si aisément happé par les sollicitations extérieures lorsque nous sommes concentrés sur quelque chose.

 

La chaîne française TF1 a consacré un reportage à la concentration et, à cette occasion, est venue filmer chez un client d’AMPLIA. Le sujet a été diffusé le 14 décembre 2015 au journal télévisé de 20h : découvrez-le ici.

 

* Lorsqu’on pratique la méditation de pleine conscience, on porte son attention sur son « expérience » de chaque instant. On peut ainsi choisir de prêter attention au souffle, ou bien aux sensations corporelles, ou bien aux sons, aux émotions, aux pensées… On prête attention à ce qui se passe pour nous moment après moment, soit en choisissant délibérément de se concentrer sur un de ces « objets » en particulier, soit en laissant émerger ce qui est prépondérant au fur et à mesure de la méditation. Ainsi, on peut être attentif à la respiration, puis un son se produit qui attire notre attention, puisune sensation corporelle émerge, ou bien une émotion… C’est comme si, à chaque instant, on se posait la questions : « Qu’est-ce qui est là pour moi maintenant ? Avec quoi suis-je (en termes de sensations corporelles, de perceptions sensorielles, d’émotions, de pensées…) ? »

Méditer pour déraciner la peur

Qui peut se vanter de ne pas connaître la peur ? Une des premières découvertes lorsque l’on commence à travailler sur soi – par la pratique de pleine conscience ou toute autre approche – est sans doute le rôle joué par la peur dans nombre de nos pensées, de nos paroles et de nos actes.

  • Peur de n’être pas à la hauteur
  • Peur de manquer (d’argent, de temps, de nourriture, d’amour, etc.)
  • Peur de perdre ceci ou cela (son travail, son logement, son temps, la santé, sa ligne, la face, sa mise, l’équilibre, la tête, etc.)
  • Peur de perdre quelqu’un (son mari ou sa femme, un enfant, ses parents, etc.)
  • Et bien d’autres encore, sans oublier bien sûr la peur entre toutes les peurs : celle  de mourir

Ainsi la plupart du temps, c’est bel et bien la peur qui est à la racine de nos jugements, de nos colères, de nos tristesses... vous ne me croyez pas ? Prenez le temps de questionner (honnêtement, cela va sans dire !🙂 quelques uns de vos sujets d’indignation et faites-moi signe si, en toute bonne foi, vous ne trouvez pas la moindre petite peur derrière tout ça ! Allez, essayez…

La pratique de mindfulness nous permet de prendre conscience de toutes ces peurs qui nous taraudent, mais également d’y faire face au mieux, ainsi que nous le décrit M. Ramesh :

 

Une peur, c’est un peu comme un fantôme : si je m’enfuis sans me retourner, elle grandira encore et encore derrière moi… alors que si je me retourne pour la toucher du doigt… Pfffiout, elle disparait… Enfin… non, j’exagère, elle ne disparait pas forcément… pas d’un coup d’un seul, en tout cas. Mais elle devient tout de suite moins effrayante, du seul fait que nous nous familiarisons avec elle.

Ce que dit M. Ramesh va même un peu plus loin. Cette phrase me touche particulièrement : « Notre plus grande peur n’est pas celle de mourir, mais celle de vivre pleinement. » Comme dans le poème de Marianne Williamson, Notre peur la plus profondeque je vous citais il y a un moment déjà :

« Notre peur la plus profonde n’est pas de n’être pas à la hauteur
Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute mesure.
C’est notre lumière, non notre obscurité
Qui nous effraie le plus. »

En nous asseyant pour méditer, nous nous donnons l’espace pour mieux connaître notre peur, et pour lui donner une réponse autre que la fuite instinctive. Nous nous affranchissons de la peur, nous donnons une chance de repousser les limites de notre zone de confort et de nous dépasser… pour vivre plus pleinement.

La pleine conscience : un incontournable pour les dirigeants

Traduction légèrement écourtée de l’article de Christina Congleton, Britta K. Hölzel et Sara W. Lazar publié en ligne le 8 janvier 2015 par la Harvard Business Review : La pratique de pleine conscience peut littéralement changer votre cerveau.

Le monde des affaires est en effervescence quant à la « mindfulness » ou pleine conscience. Mais peut-être ne savez-vous pas que cette pratique à la mode est validée par la science dure. Des recherches récentes montrent que pratiquer la conscience sans jugement du moment présent (i.e. la pleine conscience) change le cerveau, et que ces changements devrait intéresser toute personne travaillant dans le monde aujourd’hui complexe des affaires.

Mindfulness

Nous avons contribué à ces recherches en 2011, avec une étude sur les participants d’une programme fondé sur la pleine conscience de 8 semaines (ndlr : le protocole MBSR). Nous avons observé un épaississement significatif de leur matière grise. Depuis, d’autres laboratoires de neurosciences de par le monde on étudié comment la méditation, une pratique clé de la pleine conscience ou mindfulness, change le cerveau. Cette année, une équipe de scientifiques de l’Université de Colombie Britannique et de l’Université Technologique Chemnitz a pu récolter les données de plus de 20 études et déterminer quelles régions du cerveau sont systématiquement remodelées. Ils en ont identifié au moins huit. Nous nous concentrons ici sur deux d’entre elles.

La première est le cortex cingulaire antérieur (CCA), une structure localisée en profondeur derrière le front, derrière le lobe frontal du cerveau. Il est associé avec l’autorégulation, soit la capacité de :

  • Contrôler volontairement son attention et son comportement
  • Retenir les réactions réflexes inappropriées
  • Changer avec flexibilité stratégie

(…) Les personnes qui méditent montrent des performances supérieures dans les tests d’autorégulation. Ils résistent mieux à la distraction, donnent des réponses justes plus souvent que les non-méditants. Outre l’autorégulation, le CAC est associé à l’apprentissage des expériences passées comme support de prise de décisions optimales. Les scientifiques notent l’importance capitale du CCA dans les contextes de conditions incertaines et changeant rapidement.

La seconde région qui nous intéresse est l’hippocampe, une région montrant un épaississement important de la matière grise dans le cerveau de nos participants au programme de pleine conscience en 2011. Cette zone en forme d’hippocampe is cachée derrière les tempes de chaque côté du cerveau et fait partie du système limbique, un réseau de structures associées avec les émotions et la mémoire. Elle est couverte de récepteurs de cortisol, l’hormone du stress, et des études ont montré qu’elle pouvait être endommagée par le stress chronique, contribuant ainsi à une spirale nocive dans le corps. Ainsi les personnes souffrant de maladies liées au stress comme la dépression ou le syndrome de stress post-traumatique ont-elles souvent un hippocampe de petite taille. Tout ceci met en évidence l’importance de cette région du cerveau dans la résilience, une autre aptitude clé dans le monde des affaires exigeant d’aujourd’hui.

Geschäftsmann, Nur kein Sress!

 

La mindfulness ou pleine conscience ne devrait plus être considérée comme une bonne idée pour les dirigeants, mais comme un incontournable. C’est une façon de :

  • Conserver un cerveau sain
  • Cultiver l’autorégulation
  • Cultiver la faculté de prendre de bonnes décisions
  • Se protéger du stress toxique

Elle peut être intégrée dans une vie religieuse ou spirituelle, ou pratiquée comme un entraînement mental dans un cadre purement laïc. Lorsque nous nous asseyons, prenons une respiration et nous engageons à être présent, surtout si nous le faisons en compagnie d’autres personnes faisant de même, nous avons la possibilité d’être changé.

Une journée avec Jon Kabat-Zinn

Jon Kabat-Zinn était à Paris la semaine dernière et j’ai eu la chance de passer presqu’une journée avec lui : une journée très spéciale, vraiment. Je vous la raconte ici, sans oublier sa conférence aux Folies Bergère. 

Attention : ce récit ne se veut pas un compte-rendu exhaustif mais plutôt un tableau impressionniste, fruit de ce qui m’a émue au fil de la journée.

 

2015-04-29 17.25.49

J’avais déjà croisé Jon Kabat-Zinn : nous avions brièvement échangé comme il animait avec son épouse Myla un atelier sur le thème « Etre parent en pleine conscience » en 2010, à l’occasion de la traduction en français de leur ouvrage A chaque jour ses prodiges. J’ai retrouvé mercredi dernier un homme chaleureux, bienveillant, avide de rencontrer son public, mais également sans compromis quant à l’intégrité nécessaire à la préservation de la pratique de pleine conscience.

La pleine conscience incarnée

Comme il l’a dit lui-même au cours de sa conférence : « La pleine conscience est un sujet tellement sérieux que nous ne pouvons en parler trop sérieusement… sérieusement ! » Tout au long de cette journée, Kabat-Zinn a donc montré un subtil mélange d’ouverture, de chaleur, d’affabilité, d’humour… et de grande rigueur.

Une poignée de main et tout est dit

Il a cette façon merveilleuse, pour se présenter, de dire avec un grand sourire : « Bonjour, je suis Jon… nous sommes-nous déjà rencontrés ? »  Pour moi, cette simple phrase est une belle illustration de la pratique de pleine conscience :

  • Il reconnait qu’il rencontre beaucoup de monde et ne saurait se souvenir de chacun
  • Il ne se confond pas en excuses, il le reconnait, tout simplement
  • Ce faisant, il prend soin de son interlocuteur qui peut-être espère être reconnu
  • Cela met tout le monde à l’aise et la conversation peut s’amorcer, que vous l’ayez déjà rencontré ou non.

Place à la créativité… en toute intégrité

Au cours d’un déjeuner avec le Conseil d’Administration de l’Association pour le Développement de la Mindfulness (ADM), nous avons évoqué la mission de l’ADM en matière de promotion de la pratique de pleine conscience et son rôle crucial dans la préservation d’un enseignement sérieux et intègre de cette pratique.

Puis 80 instructeurs MBSR et MBCT ont pu participer à un après-midi d’échanges autour du travail délicat qu’est la transmission de la pratique de pleine conscience. Un moment précieux où Jon Kabat-Zinn a beaucoup insisté sur le fait que la préservation de l’authenticité de la pratique était entre nos mains d’instructeurs. Il a par exemple exprimé sans détour ses réserves quant à « l’hybridation » de la pleine conscience avec, par exemple, la psychologie positive :
Jon Kabat-Zinn : – Je pense que mélanger les deux approches est une très mauvaise idée. La psychologie positive consiste à induire des émotions positives en lieu et place de nos émotions négatives, c’est-à-dire à altérer ce qui est déjà là… La mindfulness consiste au contraire à reconnaître ce qui est là et à faire toute la place pour ce qui se manifeste… négatif ou positif. Mélanger les deux, c’est forcément dénaturer la pratique de pleine conscience. Ce qui ne remet pas en cause la valeur de la psychologie positive en tant que telle : nombreux sont ceux qui témoignent des bienfaits de cette approche, mais pour moi elle n’est pas compatible avec la pratique de pleine conscience.

Dans le même temps, comme nous évoquions la nécessité d’adapter parfois le protocole MBSR aux cadres dans lesquels nous intervenions, et notamment à celui des entreprises, c’est avec enthousiasme qu’il nous a encouragés à la créativité  : « Je ne considère pas qu’il soit mon rôle, aujourd’hui, de créer un programme pour l’entreprise. Pour moi, c’est à vous maintenant d’y porter la pratique, fût-ce dans un format adapté à ce contexte particulier… Ne l’appelez pas « MBSR », c’est tout. »

Une conférence archi-comble

Le soir, Jon Kabat-Zinn a donné une conférence sur le thème « Le pouvoir de transformation de la méditation de pleine conscience »1700 personnes se sont pressées aux Folies Bergère (« of all places! », comme on dit en anglais : parmi toutes les salles parisiennes, il a fallut que ce soit les Folies Bergère :-)) pour écouter sa vision d’une pratique dont on entend beaucoup parler… dont on entend même tellement parler qu’on ne sait plus très bien de quoi on parle ! « C’est le problème : on en parle tellement que la pleine conscience devient un concept… c’est un comble ! »

Le contact humain avant tout

L’entrée du public dans la salle a pris un certain temps, Vigipirate oblige. Curieux de rencontrer son public, Jon Kabat-Zinn est arrivé dans la salle bien avant que tout le monde ne soit installé pour une séance d’embrassades et poignées de main. « Bonjour, je suis Jon… have we met before? ».

Puis est venu le moment pour lui et sa traductrice, Geneviève Hamelet, présidente de l’ADM, de prendre place sur la scène pour commencer. Ca n’a pas été une mince affaire ! Les premiers rangs du second balcon ne les voyant pas, il a fallu envisager de reculer sur la scène… et donc de s’éloigner du public. Il l’a fait à la fois de bon coeur… et à contrecoeur : ou comment trouver le juste équilibre pour être vu de toute la salle tout en restant proche ? Finalement installé, il a pu commencer… lorsque la régie a baissé les lumières dans la salle. « Mais je veux voir les gens, moi ! Est-il possible de rallumer, s’il-vous-plait… Merci, c’est tellement mieux comme ça ! »

Kabat-Zinn parle assez bien le français et s’y est essayé à maintes reprises au cours de sa conférence. Et pour tous les autres moment, il y avait Geneviève Hamelet : j’en profite pour saluer ici la performance de Geneviève qui a su traduire avec justesse et sans délai ces propos subtils et d’une grande profondeur. Bravo ! La traduction a par ailleurs donné à toute la conférence un rythme singulier…

Descendre en soi au rythme d’un galet dans l’eau

C’est par une phrase de Pascal, citée en français et gardée ensuite comme fil conducteur de sa conférence, que Kabat-Zinn a ouvert son propos : « Tous le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre ».

Puis il a guidé une méditation en proposant à chacun dans l’assistance de revenir sur les raisons qui l’avaient conduit au Folies Bergère ce soir-là : « Prenez un moment, fermez les yeux si vous le souhaitez, et laissez cette question se poser à vous, encore et encore : qu’est-ce qui m’a amené ici ce soir ? Voyez ce qui émerge au fur et à mesure que la question se déploie… Imaginez que vous avez dans la main un galet, et visualisez un puits… le plus beau puits que vous puissiez imaginez…  approchez-vous de ce puits…et laissez tomber le galet dedans… il descend, descend dans le puits… « Qu’est-ce qui m’a amené ici ce soir ? » Avec le « splash » du galet dans l’eau jaillit la première réponse à cette question … puis il s’enfonce doucement et comme vous visualisez sa descente, peut-être que d’autres réponses émergent… écoutez… qu’est-ce qui vous a amené ici ce soir? »

Kabat-Zinn a relaté l’expérience du poète et philosophe Henri David Thoreau qui a passé deux ans dans une cabane construite de ses mains au bord de l’étang de Walden, dans le Massachusetts aux Etats-Unis. Au cours de ces deux années, Thoreau a mené la vie la plus spartiate possible, trouvant ses ressources dans la nature environnante et passant le plus clair de son temps au plus près de cette nature : il regardait l’étang par la porte ouverte de sa cabane ou bien s’y immergeait jusqu’au nez pour regarder la vie des insectes à la surface… Il dira de cette expérience, relatée dans son ouvrage Walden : « Je suis allé dans la nature parce que je souhaitais vivre délibérément, faire face seulement aux faits les plus essentiels de la vie, voir si je ne pouvais pas apprendre ce qu’elle avait à enseigner et ne pas découvrir, au moment de mourir, que je n’avais pas vécu. »

« Je », le temps n’existent plus… seule reste l’expérience

Kabat-Zinn a raconté une étude scientifique publiée en 2007 qui évoque la mise en évidence de deux modes différents de référence à soi-même : le mode « narratif » et le mode « expérientiel ». En quelques mots, des scientifiques ont fait passer un IRM fonctionnel du cerveau à deux groupes de personnes en les invitant, lorsqu’ils étaient dans l’IRM, à « ne rien faire ». Pour chacun des groupes, ils ont fait les mesures deux fois, l’un des groupes ayant, entre les deux IRM, suivi un protocole MBSR. Les premières mesures montrent pour tout le monde une activité très importante de la partie antérieure du cerveau. La seconde série de mesures montre la même chose pour le groupe témoin, alors que pour le groupe ayant suivi le procole MBSR, l’activité semble se « déplacer » sur le côté gauche du cerveau. Qu’est-ce qui change ? Le mode « par défaut » du cerveau, c’est-à-dire ce que « fait » le cerveau lorsque nous ne faisons rien. En l’absence de tout entraînement attentionnel comme la méditation de pleine conscience, notre mode par défaut est un mode narratif : nous nous référons à nous-mêmes en nous racontant des « histoires-dont-nous-sommes-le-héros-ou-l’héroïne », des histoires tissées dans le temps où il est question de « je », de « moi » et du « mien »… Après 8 semaines d’entraînement à la méditation de pleine conscience, le mode par défaut change et devient un mode expérientiel : nous nous référons à nous-mêmes en vivant l’expérience telle qu’elle se déploie, moment après moment. « Je » n’existe pas, le temps ne s’écoule pas, il y a seulement l’expérience de chaque instant. 

Et lorsque « je » n’existe plus, notre appréhension du monde change du tout au tout. Kabat-Zinn a évoqué le scan corporel, pratique essentielle du protocole MBSR qui consiste à porter son attention successivement dans les différentes parties de corps pour en ressentir pleinement les sensations… « Une pratique qui paraît simple mais s’avère souvent très difficile, tant notre propre corps nous est étranger. Et savez-vous quelle posture on adopte pour le scan corporel ? Celle-ci (il s’allonge au sol sur le dos, bras le long du corps). En yoga, on appelle ça la posture du cadavre… et ce n’est pas un hasard : chaque scan corporel est une opportunité de mourir à soi-même pour repartir tout neuf ! » 

C’est de notre humanité qu’il s’agit

Il a raconté avoir participé à une conférence aux Pays-Bas quelques jours plus tôt et s’être vu présenté, non sans consternation, comme « l’inventeur de la mindfulness ». « Je vous en prie ! » a-t-il dit, les yeux au ciel, les doigts en pistolet sur la tempe. « Je n’ai rien inventé du tout : cela existe depuis plus de deux mille ans ! » Et de poursuivre en notant que l’on associe en général la pratique de pleine conscience au bouddhisme mais qu’avant tout, cette pratique relève du fait d’être humain. « Tout le monde pense que je suis bouddhiste mais pas du tout… D’ailleurs, si vous prenez le « premier bouddha », Siddharta Gautama, qui a passé 40 ans de sa vie à transmettre ce qu’on appelle aujourd’hui les enseignements bouddhistes, il n’était pas bouddhiste, lui ! »

Où le bonhomme affable devient maître zen

Lorsque Jon Kabat-Zinn a donné la parole au public pour des questions, une jeune femme a pris le micro : « Quand on commence à pratiquer la méditation, les premiers pas ne sont pas très agréables. Comment faire pour maintenir la motivation ? Je ne sais pas comment aider mes participants… comment les mettre sur leur lancée… »
Jon Kabat-Zinn : – « Je ne suis pas sûr d’avoir bien compris : vous parlez de vous-même dans votre pratique ou bien de vos participants à des groupe de mindfulness ? »
La jeune femme : – « Non, de mes participants, j’anime des groupes de mindfulness…  »
Jon Kabat-Zinn : – « Alors… je vais dire quelque chose qui peut-être ne sera pas agréable à entendre… je vais tenter de le formuler avec toute la compassion possible… Vous ne devriez pas animer de groupe de mindfulness. Et quand je dis ça, ce n’est pas une condamnation mais au contraire un encouragement. Un encouragement à explorer plus avant, à aller plus loin dans votre pratique. Vous ne pouvez enseigner qu’à partir de votre expérience : si vous n’avez pas vous-même la réponse à cette question, alors vous n’êtes pas prête.

La première gêne passée (je me mets à la place de cette femme : c’est effectivement pénible à entendre !), c’est la reconnaissance et le respect qui ont pris le dessus : merci. Merci, M. Kabat-Zinn, de ne pas tourner autour du pot, merci d’incarner à la fois le courage, la rigueur et la bienveillance qui sont les piliers de la pratique de pleine conscience.

la Grande-Bretagne, nation en pleine conscience

Une femme a enchaîné : – « J’étais la semaine dernière à votre conférence de Bruxelles et vous avez évoqué ce qui se passe en Grande Bretagne. Pourriez-vous y revenir pour nous ce soir ? »
Jon Kabat-Zinn : – « (riant) Ah je vois… vous m’avez suivi depuis Bruxelles ! OK, alors allons-y… » 

Une « Initiative Mindfulness » a vu le jour en Grande Bretagne avec la proposition d’un programme en huit semaines aux parlementaires britanniques. A ce jour, 90 parlementaires ont suivi ce programme.

Un Groupe Parlementaire Tous-Partis sur la Mindfulness a été créé pour étudier, avec l’aide de scientifiques, de méditants et de responsables politiques, comment intégrer la pratique de pleine conscience dans les services et institutions britanniques. Cette étude porte en premier lieu sur les domaines de l’enseignement, de la santé, du travail, et du secteur pénitentiaire.

Les conclusions de cette initiative seront livrées en juin prochain, sous le titre « Mindful Nation UK ». Un rapport intermédiaire a déjà été publié : vous le trouverez ici.

Le nom de « Mindful Nation » est emprunté au sénateur américain Tim Ryan qui, élu dans l’Ohio, prône l’introduction de la pratique de pleine conscience dans les différentes instances de la société américaine et a publié son livre A Mindful Nation juste avant de se présenter pour être réélu… Comme le dit Kabat-Zinn : « Dans un état qui change régulièrement de bord comme l’Ohio, il fallait un certain courage pour faire ça… et il a été ré-élu ! »

La France se réveille tard ? La faute à Descartes !

Un homme poursuit : – « Comment expliquez-vous que la mindfulness soit aussi peu présente dans les hôpitaux français, alors que les hôpitaux anglo-saxons notamment l’utilisent énormément ? Et surtout, que recommanderiez-vous pour faire bouger les choses ? »
Jon Kabat-Zinn (en riant) : – « Alors… j’ai beaucoup parlé de Pascal ce soir… je ne vous ai pas parlé de Descartes ! La France est un pays où le rationalisme cartésien est très fort et ça, je crois que c’est indiscutablement un frein au déploiement de pratiques comme la pleine conscience. »
L’homme : – « Mais que recommandez-vous pour faire avancer les choses ? Vous comprenez (sa voix se voile, l’émotion est palpable dans la salle), j’ai moi-même eu la chance de bénéficier d’un programme comme j’étais à l’hôpital… et ça a changé ma vie… je ne sais pas comment j’aurais fait sans ce programme… mais l’initiative a été arrêtée depuis. Alors que c’est tellement important ! »
Jon Kabat-Zinn : – « Vous savez, j’ai passé l’après-midi d’aujourd’hui avec des instructeurs MBSR et MBCT et c’est un sujet qui a été abordé : apparemment ça bouge et il existe plusieurs initiatives pour faire entrer la pleine conscience à l’hôpital… A mon sens,  la France est un pays particulier et oui, elle a parfois du retard sur certains sujets, mais lorsqu’elle elle s’y met finalement, elle rattrape très vite ce retard. Et en matière de pleine conscience, je crois qu’elle est sur le point de basculer !

La « chambre » de Pascal, au bout du compte, c’est le monde !

La dernière question nous a été offerte par Hippolyte, tout jeune homme de 18 ans : « Vous arrive-t-il de vous promener dans la nature et de vous demander quel est le rôle de l’homme sur cette planète ?« 

Jon Kabat-Zinn :« Oh, je suis tellement, tellement content que vous ayez eu le micro pour cette dernière question ! Parce qu’effectivement, c’est une question essentielle… Et quand Pascal dit « en repos dans une chambre », la chambre n’est pas nécessairement petite… au bout du compte, c’est le monde tout entier bien sûr ! »

La pratique de pleine conscience est une voie de liberté et, par là-même, une voie de responsabilité. La responsabilité d’être au monde avec courage et intégrité, de vivre pleinement notre vie et de donner le meilleur de nous-mêmes, moment après moment.

Et comme je m’apprête à clore ce billet (le plus long de toute ma courte carrière de « blogueuse » !), je ne résiste pas à vous proposer d’écouter Rav Benchetrit : dans Le Présent il évoque avec humour et finesse l’importance de vivre le moment présent pour donner sa chance au héros qui sommeille en chacun de nous.