Archives de Catégorie: Minfulness in Business

Cultiver sa capacité de concentration grâce à la méditation

Dans un monde où notre attention est sollicitée constamment et de toutes parts, la mindfulness peut nous aider à cultiver une meilleure concentration.

Comme pratiquer la méditation de pleine conscience consiste à porter son attention sur le moment présent, on pourrait naturellement penser qu’il s’agit de faire un effort de concentration. Que méditer consiste à surtout-surtout faire en sorte que l’esprit ne vagabonde pas et reste bien focalisé sur le souffle, les sensations corporelles, les sons ou tout autre objet d’attention que l’on aura choisi pour s’ancrer dans le présent.

Pas du tout. En réalité, il s’agit de poser son attention sur l’objet choisi* dans une attitude détendue, libre de tout effort… et lorsque l’on constate qu’elle a dérivé (et elle dérivera, l’esprit vagabondant par nature), à la ramener. sans émettre de jugement sur le fait qu’elle a dérivé, mais avec une intention chaque fois renouvelée d’être là, présent à ce qui se passe pour nous à cet instant.

Mais alors… pourquoi cette pratique nous aide-t-elle à rester mieux concentré ? Parce qu’elle nous permet :

  • De nous familiariser avec le fonctionnement de notre esprit (et ses vagabondages incessants… en toute bienveillance 🙂
  • De prendre l’habitude d’être à l’écoute de ce qui se passe pour nous à chaque instant
  • Par cette écoute, de prendre conscience des innombrables pensées qui occupent le plus souvent l’esprit, de ne pas nous laisser entraîner par elles, mais de faire la part des choses entre ces pensées et ce qui se déroule à ce moment

A ce sujet, Eckart Tolle cite dans son ouvrage Nouvelle Terre une image très parlante. Ce n’est pas la même chose de dire « Je suis ruiné » et « Il me reste 5,50€ sur mon compte en banque ». « Je suis ruiné », c’est une histoire et une fois que l’on a dit ça… la situation semble plutôt désespérée ! « Il me reste 5,50€ sur mon compte en banque » est un fait. Une fois qu’il est établi… qu’est-ce qu’on fait ? Tout est possible (ou presque 🙂 !

Et ainsi, en nous permettant de faire la part des choses entre les faits et l’histoire, pratiquer la mindfulness va « libérer de l’espace-disque », de sorte que nous ne serons plus si aisément happé par les sollicitations extérieures lorsque nous sommes concentrés sur quelque chose.

 

La chaîne française TF1 a consacré un reportage à la concentration et, à cette occasion, est venue filmer chez un client d’AMPLIA. Le sujet a été diffusé le 14 décembre 2015 au journal télévisé de 20h : découvrez-le ici.

 

* Lorsqu’on pratique la méditation de pleine conscience, on porte son attention sur son « expérience » de chaque instant. On peut ainsi choisir de prêter attention au souffle, ou bien aux sensations corporelles, ou bien aux sons, aux émotions, aux pensées… On prête attention à ce qui se passe pour nous moment après moment, soit en choisissant délibérément de se concentrer sur un de ces « objets » en particulier, soit en laissant émerger ce qui est prépondérant au fur et à mesure de la méditation. Ainsi, on peut être attentif à la respiration, puis un son se produit qui attire notre attention, puisune sensation corporelle émerge, ou bien une émotion… C’est comme si, à chaque instant, on se posait la questions : « Qu’est-ce qui est là pour moi maintenant ? Avec quoi suis-je (en termes de sensations corporelles, de perceptions sensorielles, d’émotions, de pensées…) ? »

Publicités

La pleine conscience : un incontournable pour les dirigeants

Traduction légèrement écourtée de l’article de Christina Congleton, Britta K. Hölzel et Sara W. Lazar publié en ligne le 8 janvier 2015 par la Harvard Business Review : La pratique de pleine conscience peut littéralement changer votre cerveau.

Le monde des affaires est en effervescence quant à la « mindfulness » ou pleine conscience. Mais peut-être ne savez-vous pas que cette pratique à la mode est validée par la science dure. Des recherches récentes montrent que pratiquer la conscience sans jugement du moment présent (i.e. la pleine conscience) change le cerveau, et que ces changements devrait intéresser toute personne travaillant dans le monde aujourd’hui complexe des affaires.

Mindfulness

Nous avons contribué à ces recherches en 2011, avec une étude sur les participants d’une programme fondé sur la pleine conscience de 8 semaines (ndlr : le protocole MBSR). Nous avons observé un épaississement significatif de leur matière grise. Depuis, d’autres laboratoires de neurosciences de par le monde on étudié comment la méditation, une pratique clé de la pleine conscience ou mindfulness, change le cerveau. Cette année, une équipe de scientifiques de l’Université de Colombie Britannique et de l’Université Technologique Chemnitz a pu récolter les données de plus de 20 études et déterminer quelles régions du cerveau sont systématiquement remodelées. Ils en ont identifié au moins huit. Nous nous concentrons ici sur deux d’entre elles.

La première est le cortex cingulaire antérieur (CCA), une structure localisée en profondeur derrière le front, derrière le lobe frontal du cerveau. Il est associé avec l’autorégulation, soit la capacité de :

  • Contrôler volontairement son attention et son comportement
  • Retenir les réactions réflexes inappropriées
  • Changer avec flexibilité stratégie

(…) Les personnes qui méditent montrent des performances supérieures dans les tests d’autorégulation. Ils résistent mieux à la distraction, donnent des réponses justes plus souvent que les non-méditants. Outre l’autorégulation, le CAC est associé à l’apprentissage des expériences passées comme support de prise de décisions optimales. Les scientifiques notent l’importance capitale du CCA dans les contextes de conditions incertaines et changeant rapidement.

La seconde région qui nous intéresse est l’hippocampe, une région montrant un épaississement important de la matière grise dans le cerveau de nos participants au programme de pleine conscience en 2011. Cette zone en forme d’hippocampe is cachée derrière les tempes de chaque côté du cerveau et fait partie du système limbique, un réseau de structures associées avec les émotions et la mémoire. Elle est couverte de récepteurs de cortisol, l’hormone du stress, et des études ont montré qu’elle pouvait être endommagée par le stress chronique, contribuant ainsi à une spirale nocive dans le corps. Ainsi les personnes souffrant de maladies liées au stress comme la dépression ou le syndrome de stress post-traumatique ont-elles souvent un hippocampe de petite taille. Tout ceci met en évidence l’importance de cette région du cerveau dans la résilience, une autre aptitude clé dans le monde des affaires exigeant d’aujourd’hui.

Geschäftsmann, Nur kein Sress!

 

La mindfulness ou pleine conscience ne devrait plus être considérée comme une bonne idée pour les dirigeants, mais comme un incontournable. C’est une façon de :

  • Conserver un cerveau sain
  • Cultiver l’autorégulation
  • Cultiver la faculté de prendre de bonnes décisions
  • Se protéger du stress toxique

Elle peut être intégrée dans une vie religieuse ou spirituelle, ou pratiquée comme un entraînement mental dans un cadre purement laïc. Lorsque nous nous asseyons, prenons une respiration et nous engageons à être présent, surtout si nous le faisons en compagnie d’autres personnes faisant de même, nous avons la possibilité d’être changé.