Le pouvoir de l’empathie

 

TRANSCRIPTION

Alors qu’est-ce que l’empathie, et pourquoi est-ce très différent de la commisération ?

L’empathie alimente la connection, la commisération conduit à la déconnection.

C’est très intéressant. Theresa Wiseman est chercheur dans le domaine de la santé et a étudié des professions très diverses où l’empathie joue un rôle important et a trouvé quatre qualités à l’empathie :

  • Pouvoir adopter le point de vue d’une autre personne, ou reconnaître que ce point de vue est leur vérité
  • S’abstenir de juger – pas facile lorsque juger vous plait autant qu’à la plupart d’entre nous
  • Reconnaître l’émotion chez l’autre
  • Communiquer à propos de cette émotion

Avoir de l’empathie, c’est ressentir avec l’autre.

Et je pense toujours à l’empathie comme à cet espace sacré où quelqu’un est comme dans un trou très profond et s’écrie depuis le fond : « Je suis coincé, il fait noir, je suis submergé ! » Et nous regardons, descendons dans le trou et disons « Hey, je sais comment c’est, ici. Et tu n’es pas tout seul. » 

La commisération, c’est « Uuuuh… C’est dur, hein ? Hmmm… Tu veux un sandwich ? »

L’empathie est un choix, et c’est un choix de vulnérabilité parce qu’afin de me connecter avec toi, je dois me connecter en moi à quelque chose qui connait cette sensation.

Il est rarissime qu’une réponse emphatique commence par « Au moins… » (rires) Oui… Et nous le faisons tout le temps parce que vous savez quoi ? Quelqu’un vient juste de partager quelque chose d’incroyablement douloureux avec nous et nous essayons de l’enjoliver. Ca donne :

« J’ai fait une fausse couche – Oooh… au moins, tu sais que tu peux être enceinte. »

« Je crois que mon mariage est en train de couler – Au moins, tu es marié(e) ! »

« John s’est fait renvoyer de l’école – Au moins, Sarah est une élève brillante. »

Très souvent lorsque nous nous trouvons dans une conversation très difficile, nous essayons d’améliorer la situation.

Si je partage avec toi quelque chose de très difficile, je préfèrerais que tu me dises « Ouh ! Je ne sais pas quoi dire maintenant, mais je suis tellement content(e) que tu m’en aies parlé… »

Parce qu’en vérité, il est très rare qu’une réponse puisse améliorer une situation. Ce qui améliore la situation, c’est la connexion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s