Archives de Tag: larger than life

Petite histoire pour vous inviter à méditer

Un maître prenant de l’âge était fatigué d’entendre son élève se plaindre sans cesse. Un matin, il l’envoya chercher du sel. Au retour de l’élève, le maître lui dit d’ajouter une poignée de sel à un verre d’eau et de boire le tout.

« Quel goût cela a-t-il ? » demanda le maître.

« C’est amer. » dit l’élève.

Le maître étouffa un rire et dit au jeune homme de jeter la même poignée de sel dans le lac. Les deux hommes se dirigèrent en silence vers le lac le plus proche et lorsque l’élève eut lancé le sel dans l’eau, le vieil homme dit : « Maintenant, bois de l’eau du lac. »

Comme l’eau dégoulinait du menton du jeune homme, le maître demanda : « Quel goût celà a-t-il ? »

« C’est frais. » remarqua l’élève.

« Sens-tu le sel ? » demanda le maître.

« Non. » dit le jeune homme. Sur quoi le maître s’assit à côté de ce jeune homme si sérieux et expliqua doucement.

« La souffrance dans la vie est du sel pur : ni plus, ni moins. La quantité de souffrance dans notre vie reste exactement la même. Cela dit le degré d’amertume que nous sentons dépend du contenant dans lequel nous mettons la souffrance. Aussi lorsque tu souffres, la seule chose que tu puisses faire est d’élargir ta perception des choses. Cesse d’être un verre. Deviens un lac. »

En pratiquant la pleine conscience, nous apprenons précisément à élargir notre perception. La méditation nous permet de prendre conscience de nos ressentis et de la façon dont ils nous affectent, puis de choisir la réponse que nous voulons y apporter. Nous pouvons donc choisir de ne pas nous rétracter, de ne pas rétrécir face à une expérience déplaisante, mais de rester ouverts : c’est seulement en restant ouverts que nous pourrons espérer aller au-delà de ce qui nous escagasse. Et qui sait ? Peut-être qu’au-delà, il y a de jolies choses qui nous feront dire que tout cela n’est pas si grave.

Méditer, c’est se donner les moyens de devenir plus vaste, au point peut-être de devenir « larger than life » comme disent les anglo-saxons : plus grand que nature, plus grand que la vie, et donc capable de l’embrasser toute entière !