Archives de Tag: Oser

Si tu veux surfer, regarde la plage. Pas les rochers !

 

C’est l’histoire d’un homme qui veut apprendre à surfer.

C’est sa première fois… il n’a aucune idée.

Il y a des vagues. Et des rochers.

Et le moniteur lui dit « Et bien vas-y… lance-toi. Il y a une seule chose importante. Cruciale. Regarde toujours, toujours la plage. C’est tout ce que tu as besoin de savoir. »

Alors notre homme se lance…

Seulement voilà, il y a les vagues…

Et les rochers…

Donc il a peur. Vraiment peur, même.

Alors que fait-il ?

Il regarde les rochers bien sûr. Et même il ne les quitte pas des yeux, tant il est terrorisé à l’idée de s’écraser dessus, sur cette planche qu’il ne maîtrise pas…

Et que se passe-t-il ?

C’est fou : à chaque tentative, il y va, vers les rochers. A chaque fois. Comme s’il était aimanté par eux !

Cela vous fait sourire ? Peut-être vous dites-vous : « Oui, après tout, c’est logique… » Pourtant, dans la vie, nous passons notre temps à regarder les rochers. 

Quelques exemples somme toute banals :

  • « Je ne supporterais pas que ma femme / mon mari me trompe… »
  • « Le contexte est difficile, pour ma boîte, en ce moment… »
  • « Mon enfant n’est vraiment pas fan de l’école, c’est embêtant tout de même… »
  • « Cette présentation me stresse, j’ai peur de passer pour un imposteur/une gourde… »

En entretenant des pensées comme celles-ci, nous mettons précisément en place des comportements qui favoriserons le dénouement que nous craignons tant. Notre inquiétude :

  • Nous rend maussade et suspicieux, donnant plutôt envie à l’être cher d’aller prendre l’air
  • Nous aveugle et nous prive des idées neuves qui pourraient aider notre boîte
  • Pousse notre cher petit à se méfier de l’école et à n’y prendre aucun plaisir
  • Nous fait danser d’un pied sur l’autre au moment de commencer notre présentation, le souffle court et la voix qui tremble… autant dire que nous ne sommes pas au meilleur de nous-même pour impressionner l’auditoire !

Regardons la plage :

  • Nous sentons que notre relation de couple peine un peu ces temps-ci ? Montrons-nous drôle, gai et désirable. C’est plus efficace qu’un flicage méthodique pour garder près de soi l’être cher !
  • Quelle est notre vision pour cette entreprise ? Comment nous y prendrons-nous pour y aller ? Avec qui, quels moyens ?
  • Montrons à notre enfant que nous avons confiance dans sa capacité à apprécier l’école et à y réussir : alors lui aussi pourra y croire et donner son meilleur
  • Quel est notre message dans cette présentation ? Comment avons-nous envie de le faire passer ? Que voudrions-nous que les auditeurs retiennent ? Comment les y emmener de façon gaie et vivante ?

Entendons-nous : il ne s’agit pas de nier qu’il y a des rochers ! Ce serait déraisonnable et dangereux, évidemment. Mais nous pouvons reconnaître qu’ils sont là, les « garder à l’oeil », et pour autant rester pleinement engagés vers la plage.

La pratique de pleine conscience est une aide inestimable dans ce travail : pleinement conscients des risques encourus et de la peur qu’ils suscitent, nous pouvons choisir de ne pas laisser cette peur envahir tout notre monde, et nous tourner résolument vers nos aspirations.

Evidemment, c’est un travail de tous les instants, parce que si nous n’y prêtons attention, la peur revient en force et nous recommençons à regarder les rochers… Comme l’a dit Gabrielle Roth : « Etre un esprit libre demande une discipline considérable. »

tumblr_m1i9luSBG51rnrsico1_500

 

 

A quoi tu participes ?

Avec humour mais sans ambages, Rav Benchetrit nous invite à dépasser la peur et vivre au présent pour devenir le héros qui sommeille en chacun de nous. Enjoy!

Qui sommes-nous pour renoncer à poursuivre nos rêves ?

Je vous propose aujourd’hui un jeu. Imaginez-vous prononcer la phrase:

« …………………… ? J’adorerais le faire mais blablabla »

Par quoi remplacez-vous les pointillés du début ? Listez toutes les actions qui feraient de cette phrase la vôtre. Quelques propositions pour vous aider :

  • Sauter à l’élastique
  • Faire un tour du monde en famille
  • Quitter mon job pour devenir caviste
  • Quitter Paris pour une belle maison en province
  • Passer le permis moto
  • Tenter ma chance à l’Ecole Boulle
  • Proposer mon roman aux grands éditeurs parisiens

Quels rêves vous refusez-vous aujourd’hui de rêver jusqu’au bout, pour mille bonnes et moins bonnes raisons ?

Nous nous sentons assez naturellement « responsable de nos actes ». Mais qu’en est-il de nos absences d’actes ? Nous portons l’écrasante responsabilité de ces rêves que nous n’osons pas tenter. Et c’est le monde qui nous entoure qui pâtit de notre pusillanimité, privé qu’il est de l’énergie que nous déploierions dans la réalisation de notre plein potentiel.

La pratique de pleine conscience est une aide précieuse dans la découverte et l’expression de ce potentiel. Elle nous aide à discerner nos limites réelles des complexes inutiles et paralysants construits par notre esprit. Nous sommes alors libres de « traverser » nos fantômes pour prendre à bras le corps les difficultés réelles de notre projet.

Françoise Gri, ancienne présidente de Manpower et directrice générale de Pierre & Vacances, évoque dans cette vidéo ces femmes qui ont l’envergure de prendre des postes importants dans une entreprise et ne se l’autorisent pas toujours. Elle insiste sur la responsabilité qui leur incombe de placer leur ambition « à la hauteur de ce potentiel et non pas en deçà ». Hommes ou femmes, cette responsabilité nous incombe à tous, et notamment dans le monde du travail aux femmes qui « osent » encore moins que les hommes.

Plus lyrique et poétique, Marianne Williamson évoque elle aussi notre responsabilité dans son poème Our Deepest Fear :

Our Deepest Fear Notre Peur la Plus Profonde
Our deepest fear is not that we are inadequate.
Our deepest fear is that we are powerful beyond measure.
It is our light, not our darkness
That most frightens us.We ask ourselves
Who am I to be brilliant, gorgeous, talented, fabulous?
Actually, who are you not to be?You are a child of God.
Your playing small
Does not serve the world.
There’s nothing enlightened about shrinking
So that other people won’t feel insecure around you.We are all meant to shine,
As children do.
We were born to make manifest
The glory of God that is within us.
It’s not just in some of us;
It’s in everyone.And as we let our own light shine,
We unconsciously give other people permission to do the same.
As we’re liberated from our own fear,
Our presence automatically liberates others.
Notre peur la plus profonde n’est pas de n’être pas à la hauteur
Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute mesure.
C’est notre lumière, non notre obscurité
Qui nous effraie le plus.
Nous nous demandons
Qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux ou merveilleux ?
En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?Vous êtes un enfant de Dieu.
Vous restreindre ne sert pas le monde.
Il n’y a rien d’honorable à jouer petit
Afin que les autres ne se sentent pas en insécurité auprès de vous.Notre destinée à tous est de briller,
Comme brillent les enfants.
Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous.
Elle ne se trouve pas seulement chez quelques-uns ;
Elle est en chacun de nous.Et en laissant briller notre propre lumière,
Nous permettons inconsciemment aux autres de faire de même.
Lorsque nous sommes libérés de notre propre peur,
Notre présence libère automatiquement les autres.

Alors comme l’écrit René Char :

« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. »

Acceptez que vous êtes vulnérables, vous vivrez mieux !

« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. » (Sénèque)

Mais pourquoi n’osons-nous pas ? Par peur de l’échec. Nous renonçons à aborder la belle inconnue dans le métro par peur d’être éconduit. Nous attendons que Big Boss nous accorde de lui-même une augmentation parce que demander nous ferait courir le risque qu’il refuse et signe à nos yeux le constat de notre incompétence. Nous omettons de dire à celui ou celle qui partage notre vie que nous l’aimons de crainte qu’il ou elle, nous prenant pour « acquis », ne nous en aime moins…

Chaque fois que nous envisageons d’oser quelque chose, notre esprit élabore des scénarii quant aux conséquences. Une faculté extraordinairement utile… et parfois complètement paralysante !

Voici la vie :

Balançoire

Mais lorsque notre esprit s’en mêle, il arrive que la vie ressemble plutôt à :

Elephants

Pourquoi les éléphants se font-ils de plus en plus lourds ? Parce que notre esprit est capable de construire une réalité de toutes pièces. Nous nous projetons dans l’avenir, nous efforçons d’expliquer les paroles ou les actes d’untel ou untel, nous indignons de ce que ceci ou cela n’arrive « qu’à nous », élaborons interminablement sur les conséquences possibles de tel ou tel choix que nous ferons… Bref nous sommes capable de mettre en scène notre propre psychodrame et de le rejouer encore et encore.

En pratiquant la méditation de pleine conscience, nous nous entraînons à introduire un peu de distance entre nous et le « psychodrame ». Si nous sommes présents, nous sommes à même de ne pas prendre l’histoire racontée par notre esprit pour argent comptant mais d’envisager que la réalité soit un peu différente. Nous ouvrons alors le champs des possibles. Nous nous offrons l’opportunité de répondre de la façon la plus adéquate aux sollicitations de la vie.

Acceptez que vous êtes vulnérables. Acceptez que peut-être la belle inconnue refusera le café que vous lui proposez, que Big Boss pourrait bien décider de ne pas vous augmenter et que chaque jour votre douce moitié est susceptible de juger que sa place n’est plus à vos côtés. Vous serez alors libre d’oser, libre de vivre chaque moment de votre vie… comme s’il comptait vraiment!

Jusqu’à présent je n’ai jamais rencontré personne qui, mieux que Brenee Brown, parle du pouvoir de la vulnérabilité.